AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.   Ven 26 Mar - 10:48

    Déclinez votre identité, étranger...
    ------------------------------------------

      Nom, Prénom(s) : Matilda Lycka Erdal

      Age : 29 ans, 21 d'apparence.
      Lieu de naissance : Visby, sur l'île de Gotland, en Suède.


      Emploi ou occupation :


    Votre vie semble fort captivante !
    ------------------------------------------

    Anecdote : La mer déchaînée laissait entendre ses hurlements sous l’effleurement incisif de vent qui en venait à soulever la lourde chevelure d’un roux rappelant ces maléfiques sorcières d’autrefois, battant contre sa joue sous le joug de la tempête. Et elle se tenait là, fragile adolescente à la peau si pâle, perchée au plus près de la mer, tandis que le port bataillait avec les vagues envieuses qui venaient s’y écraser lourdement, frappant, brassant, attirant aux seins des flots capricieux ce dont elles parvenaient à s’emparer. Tandis que sa propre vision s’en trouvait amoindrie, brouillée par les larmes du ciel qui lui faisaient face, alors qu’elle cherchait du regard ce bateau parti au matin, surpris par la folie d’un destin jaloux de ce qu’elle possédait. Sa vie avait toujours été d’une simplicité désarmante… vivre parmi les marins, dans un village non loin de Visby, la ville qui l’avait vu naître, travaillant dès qu’elle l’avait pu en tant que serveuse, puis en tant que barman dans le pub que sa mère maintenait à flot, s’adonnant également à la peinture, activité comme une autre dans ce monde replié sur lui-même, que le continent n’atteignait que trop peu.

    Elle avait même appris à naviguer avec son père, mais la pêche n’était pas un métier pour une fille, et il le lui avait très vite inculqué, alors qu’elle prétendait le contraire, mais trop frêle, trop ridiculement fragile, elle avait rapidement abandonné l’idée, tandis qu’elle persistait à rester sur terre, et à attendre les hommes, sort habituel des femmes de l’île… attendre son père et son fiancé parti lui aussi, prisonnier de cette maudite tourmente. A seulement dix-sept ans, elle pensait avoir trouvé celui qui la faisait rêver, rire, qui la rendait tout simplement heureuse sous de petites attentions qui en rendaient moqueurs d’autres. Pourtant, depuis deux ans qu’ils étaient ensembles, leurs sentiments n’avaient pas faiblis, pas failli… une seule seconde, un seul instant, et aujourd’hui c’était cette douleur au creux de son ventre qui lui assurait qu’un malheur n’allait pas tarder à se produire.

    Ce fut cette seconde qu’une main choisie pour se placer sur son épaule… une main dont elle connaissait le contact rassurant, car elle n’était autre que celle de sa mère, qui elle aussi s’inquiétait, qui elle aussi frémissait depuis tant d’années néanmoins, que son mari finisse par ne pas rentrer. Pourtant la jeune fille n’esquissa pas un geste pour démontrer qu’elle avait conscience de sa présence, se contentant de continuer à fixer désespérément l’océan assassin, tandis que le timbre de celle qui l’avait enfantée forçait pour se faire entendre sous la tourmente environnante.

    « - Matilda, de är mycket bättre, än att försöka nå hamnen, deras fartyg var krossat.
    (Matilda, ils sont bien mieux au large, qu'à tenter de rejoindre le port, leur bateau s'y fracasserait.)
    - Jag vet.
    (Je sais.)
    - Kom igen, du blir sjuk om du stannar här.
    (Viens, tu vas tomber malade si tu restes ici.) »

    Jetant un dernier regard à l’horizon, la jeune femme se détourna des flots pour suivre sa mère en direction du pub au dessus duquel elles vivaient, et dans lequel une partie de la population du village venait de se réfugier, pour ne pas rester seul… en particulier les femmes des marins partis aux larges. Combien de mauvaises nouvelles s’étaient vues s’échouer entre ces murs, annonçant les débris d’un navire sur lequel se trouvait un mari, un fils, un cousin, un ami ; et le ciel se moquait de la douleur que ses décisions engendraient. Jetant un bref regard à l’assemblée qui se trouvait à l’intérieur, Matilda n’y resta pas, gravissant les escaliers pour oublier ces inquiétudes narquoises qui marquaient tous ces visages trop familiers et qui ne faisaient que l’inquiéter d’autant plus. Venant trouver vulgairement refuge sous sa douche, laissant l’eau chaude rouler sur ses traits, réchauffer son corps glacé par la tourmente extérieure à laquelle elle s’était offerte sans concession, sans la moindre hésitation.

    Un poing de douleur se fit plus envieux dans le creux de ses entrailles, la laissant se plier en deux, avant de tomber à genou, observer le sang qui s’échappait entre ses jambes, lui révélant un détail qu’elle ignorait jusque-là… elle avait été enceinte… avait, ce mot ne pouvait se formuler qu’au passé quand ses iris fixaient intensément ce qui signifiait un adieu de l’enfant qui avait cherché à se nicher au fond d’elle sans le lui dire. Des larmes roulèrent alors sur ses joues, la laissant se recroqueviller sur ce sol, se noyer sous l’eau frémissante qui venait caresser sa joue, sans jamais parvenir à recouvrir pourtant son nez.

    Combien de temps resta-t-elle ainsi ? Elle n’en sut rien, venant à perdre conscience, découverte un peu plus tard par sa mère venue lui annoncer la nouvelle traitresse… leur bateau avait sombré, leur bateau… elle n’eut même pas à prononcer un mot lorsqu’elle leva les yeux sur elle, cela était inscrit sur ses traits, comme gravé dans du marbre, la laissant vouloir re-sombrer dans ce monde où tout lui avait été indifférent, où plus rien ne comptait. Mais sa mère ne la laissa pas faire, coupant l’eau, la forçant à se relever, à se sécher, à s’habiller, à s’allonger dans son lit… ignorante qu’elle était de ce que sa fille avait vécu dans l’indifférence de la solitude, de ce que cette nouvelle information avait de déchirant… tout perdre en quelques secondes, tout.

    « - Jag var ... Jag var gravid ...
    (J'étais... j'étais enceinte...)
    - Oh Matilda...
    (Oh Matilda...) » murmura sa mère d’une voix brisée à l’énonciation de cette évidence par sa fille, dont le timbre paraissait avoir perdu la moindre émotion en son sein.

    S’allongeant près d’elle, la femme d’âge mur la prit dans ses bras, la serrant contre elle, la berçant lentement, sans brusquerie, laissant même son timbre s’élever sous ce qu’elle lui chantait depuis qu’elle était petite… une berceuse. Ce n’était qu’un autrefois, il fallait oublier, avancer, se dire que la vie ne s’arrêtait pas à ces maigres secondes, ces maigres instants, pourtant comment le faire lorsque l’on avait l’impression d’être morte à l’intérieur ?





Dernière édition par Matilda Erdal le Sam 27 Mar - 11:54, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.   Ven 26 Mar - 10:50

    Circonstances de la transformation : Vous pouvez, sous forme de résumé ou d'anecdote, raconter comment votre personnage est-il devenu un loup-garou (sachant qu'il suffit d'une morsure d'un autre lycan pour être contaminé).

    Comment réagit-il quant à sa nouvelle nature ?



Dernière édition par Matilda Erdal le Sam 27 Mar - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.   Ven 26 Mar - 10:51

    Mais on aimerait vous connaître un peu plus...
    ------------------------------------------

    Particularités (habitudes, manies, goûts) : Citez en au moins huit.

    -
    -
    -
    -
    -
    -
    -
    -



    Bien ! Et à part ça ?
    ------------------------------------------

    Pseudo : Lsi
    Célébrité de l'avatar : Deborah Ann Woll
    Commentaires ? C'est un superbe forum, un contexte travaillé qui change des vampires... et j'ai littéralement fondue face au personnage de Matilda.
Revenir en haut Aller en bas
Andras C. Maleaume
OLD WOLF Ad vitam Aeternam
avatar

Messages : 541
Inscription : 29/12/2009
Âge du perso : 35/45 ANS
Emploi : Artiste Polyvalent.
Adresse : N°1271, Crawflyn Woods


WOULD YOU TAKE MY HAND ?
Les relations c'est très important:
Les petits posts-it collés au frigo:

MessageSujet: Re: Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.   Ven 26 Mar - 13:38

Bienvenue

Tu m'as mit le smile, c'est officiel, ça me rends heureux de voir de nouveaux membres

*************************
CREDITS TO AMIRO_C

Night has always pushed up day
You must know life to see decay
But I won't rot, I won't rot
Not this mind and not this heart,
I won't rot.
MUMFORD & SONS ~ After the Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.   Ven 26 Mar - 19:42

Wouhou ma Matilda!

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.   Ven 26 Mar - 20:59

Ravie de t'avoir donné le sourire !

Et merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Matilda Erdal _ In a fullmoon procession.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GRAVITY • Set me free :: Under the moonlight :: Last breath-